Devenir modèle de nos jours : la forme et les formes !

English version

On pense souvent que bien des choses étaient plus simples autrefois.

Birth of Venus
XIR412 The Birth of Venus, c.1485 (tempera on canvas) by Botticelli, Sandro (1444/5-1510); 172.5×278.5 cm; Galleria degli Uffizi, Florence, Italy; Giraudon; Italian, out of copyright

En 1900, pourtant, être modèle était bien plus complexe qu’aujourd’hui. Avec la mondialisation, les nouveaux moyens de communication, les networks, la multiplication des réseaux sociaux, travailler dans le secteur de la mode est certainement devenu plus accessible.

Alors qu’il fallait compter sur la chance pour être repérée par un photographe ou un directeur d’agence, il existe aujourd’hui mille et une façon de faire connaître son travail.

Un modèle doit sans cesse penser à cela pour ne pas perdre courage.

La chance ? Une pléthore de sites, de books en ligne, de plateformes professionnelles diminuent le facteur chance et donnent raison à celles qui maîtrisent à la fois leur image et les instruments de leur communication.

Etre belle est devenu plus simple

Un nez trop grand, un défaut de peau, une dent cassée et vos chances de poser pour un photographe étaient anéanties. Aujourd’hui des techniques de maquillage et d’esthétique, permettent de sublimer des petites différences qui peuvent être perçues comme des défauts. Les particularités donnent un style. En France en particulier et de toutes façons, on privilégie le mode naturel. Le “make up nude”, le naturel d’un visage plutôt que le sophistication poussée à l’extrême.

Le charme réside dans des imperfections qui captivent et sont assumées.

Vicktoria Modesta, Moffy, Winnie Harlo, Aimée Mullins ont réussi dans ce métier malgré des handicaps spécifiques.

Nip Tuck
The TV show Nip Tuck highlights the excesses of plastic surgery

La beauté s’est diversifiée

De plus les canons de beauté étaient auparavant très peu fluctuants. Jusqu’au 20ème siècle on a toujours favorisé dans les pays occidentaux un type de femme à la peau très blanche, aux hanches larges et à la poitrine généreuse. Un seul type de femme s’imposait sur le siècle.

Portrait par Francisco Jose Goya

Par ailleurs, jusqu’au 19eme siècle, les modèles posaient uniquement pour les peintres. En outre, être belle nécessitait des efforts surhumains. C’est à base d’arsenic que les femmes du Moyen Age s’épilaient ! Et pour que tout cela ne repousse plus on leur conseillait d’appliquer du sang de chauve souris…

Marylin Monroe dans les années 50 pensait que s’enduire le visage de vaseline ralentissait le vieillissement.

Fort heureusement aujourd’hui, la qualité des cosmétiques garantissent aux femmes modernes le respect de la nature leur épiderme. On peut être belle de façon plus efficace et le rester plus longtemps.

L’explosion des mannequins ethniques

Benetton Campaign

Aujourd’hui,  les mannequins ethniques ont la cote. A l’image des footballeurs de la coupe du monde, le métissage ne pose plus de problèmes au monde de la mode et devient même parfois un atout. Et cette tendance va aller en s’accroissant. Au cinéma, également, avec le boum de la Chine et de la Corée, les Asiatiques sont de plus en plus demandées et on s’avance peut être vers un monde plus respectueux des différences. Par exemple, TF1 s’est engagé timidement dans une démarche qui sensibilise ses équipes à la multi-ethnicité via deux partenariats : le collectif égalité (Afrique noire et Antilles) et le Club Averroes (Maghreb). Une sensibilisation active auprès des productions pour engager des acteurs de couleur. Les choses changent.

La conquête de la beauté féminine…

Pour finir, le style de beauté d’une femme s’impose aussi avec l’Histoire, les périodes historiques. C’est l’Histoire qui modifie le corps de la femme, l’habille et la déshabille selon les aventures historiques ou religieuses. Il appartient à un modèle d’imposer sa vision de l’actualité par une attitude, une façon d’être qui correspond à l’allure de son temps.

Le “Style Kim Kardashian”

La garçonne des années 20, en chemise et pantalon correspondaient aux mouvements de libération des femmes qui réclamaient des droits. En 1940 on favorisait les modèles imposant pour montrer que la femme pouvait être forte face aux conflits. Plus récemment la mode a développé le modèle androgyne face aux revendications des mouvements libertaires. Kate Moss a été l’icône de cette époque.

Kate Moss
Kate Moss

Aujourd’hui on pourrait dire qu’on veut imposer l’idée d’une très grande tolérance et d’une acceptation de la différence. Les courbes de Kim Kardashian se conjuguent aux lignes plus épurées de Kendall Jenner. La mode, elle aussi, veut montrer qu’elle sait mettre en scène la fin d’un canon unique de beauté. Du sourire contenu de la Joconde aux exhibitions exagérées d’Emilie Ratajkowski, c’est une lente conquête de la beauté physique que nous raconte la mode.

Thierry AZZOPARDI

One thought on “Devenir modèle de nos jours : la forme et les formes !

Leave a Reply