Etre Photographe à Travers les Epoques

English version

Fonctions du photographe : la mode sans clichés

Cartier Bresson disait : « Photographier c’est mettre sur la même mire la tête, l’oeil et le coeur ». Cette définition va nous aider à mieux comprendre la fonction du photographe au fil des décennies et des tendances. En effet, selon les époques et tendances, le photographe a privilégié l’un de ces trois organes.

Le cœur à l’ouvrage…

On peut commencer par les photographies sensuelles correspondant aux années de libération des sixties. A cette époque William Klein, David Bailey ou Peter Knapp sont les témoins de cette révolution sociale.  Brigitte Bardot à St Tropez devient vite l’icône de cette génération.

Dix ans après, alors que la femme se libère, Helmut Newton exprime l’angoisse masculine de la femme qui saisit le sceptre du pouvoir. Les années 80, sont plutôt placées sous des signe de cérébralité exacerbée avec le mouvement du grunge. On s’attaque au fantasme glamour avec la critique de l’idée de luxe. Mannequins au look de toxicomane, vêtements déchirés sur fond de crise urbaine.

Dans la lignée d’une Nan Goldin, des photographes comme Juergen Teller ou Craig McDean développent un style trash qui est entré dans l’histoire. Pour la première fois des photographes de mode sont exposés dans des musées et des galeries.

Trash and grunge style created by Craig McDean
Craig McDean beauty shot trash pose

Photographe de tête…

Aujourd’hui, le photographe est revenu à un style plus chic. La grande révolution du photographe c’est qu’il n’est plus seul devant son obturateur. Le travail ne se passera plus dans une chambre noire à développer ses films comme un physicien. La retouche va se jouer sur Photoshop et l’ordinateur a remplacé les sensibilités de son papier argentique. C’est avec beaucoup de nostalgie qu’il touche encore un film Ilford ou caresse le dos de son premier Leica. Il était déjà artiste avec son appareil : il devient aussi informaticien, maquilleur de retouche photo, magicien des grands fantasmes nés de la technologie moderne.

Tout le monde se souvient de l’émotion quand on a appris que Claudia Cardinale, sur l’affiche du Festival de Cannes, avait été retouchée pour paraître plus mince. Ses jambes ont été étirées : sa cheville est amincie et un morceau de cuisse a disparu. Même ses pieds ont rétréci. Magie des ordinateurs : une photographie aujourd’hui n’est plus jetée à la poubelle pour un moindre détail : on gomme, on transfert, on rogne…Le photographe est un homme orchestre qui doit manipuler beaucoup plus de techniques que ces prédécesseurs . A l’heure où tout le monde peut faire une très belle photo avec un Iphone il doit faire la différence. Sophistiquée, la photo?  Bien sûr, la photographie ne renvoie pas seulement à elle-même. Derrière la pose d’un modèle, on devine une référence à Botticelli, Rembrandt, Renoir…

L’influence de la photographie dans la culture

La photographie se positionne dans un réseau culturel intense.

Group of diverse models interacting together
Steven Klein for Calvin Klein

Par exemple, Steven Klein est un photographe iconique. À 52 ans, ce photographe contribue régulièrement pour iD, Numéro ou W. Il a shooté une campagne de Dior en 1985, Eva Mendes pour Calvin Klein ou encore Madonna pour Dolce & Gabanna, puis Lady Gaga en 2010 où il réalisait le clip « Alejandro » de la chanteuse et plus récemment, en 2012, pour le lancement de son parfum « Fame ». Son inspiration ? En faisant les beaux arts, il s’est penché sur le style de Picasso et Bacon. Ses sujets sortent tout droit de l’imaginaire délirant du Surréalisme.

Les grands photographes ont une culture de la photo mais également une culture graphique, et savent interpréter les lignes de l’architecture. Et surtout, comme les modèles, ils sont à l’écoute de leur époque. Quand on fait une photo on n’appuie pas sur un obturateur : on crée des symboles qui résument un état d’esprit moderne. Au 19ème siècle, Victor Hugo créait le mythe de La Esmeralda… Aujourd’hui, c’est le photographe qui doit engendrer une image hors norme qui interrogera notre imaginaire et sera déclencheur de fantasmes nouveaux.

Avoir l’oeil….

Le photographe doit s’adapter à son époque et laisser parler ses émotions, son regard critique ou sa réflexion. Dans tous les cas, sa fonction est devenue majeure dans notre société d’images. C’est lui qui va créer l’icône. On se souvient du film de Roger Vadim :

Le photographe est un Dieu qui crée la femme. Il donne sa vision des femmes et en même temps influe sur l’image et l’existence de ces dernières.

Helmut Newton, pour sa part, a donné naissance au mythe de la femme dominatrice. Et surtout il amène la photo de mode en dehors des clichés du modèle qui pose sur une plage : « Une bonne photographie de mode doit ressembler à tout sauf à une photographie de mode. A un portrait, à une photo souvenir, à un cliché de paparazzi » confiait le maître.

Helmut Newton conveys the idea that women are dominants and powerful
Powerful woman by Helmut Newton

Le photographe de mode entre dans la mise en scène de son modèle. Fini pour le photographe de mode les photos style La Redoute. On ne vend pas, on éveille les sens. Le vêtement n’est plus désormais qu’une pièce dans la composition de la photographie. Tout autour de lui, on vend un univers de rêve dans lequel un couturier vous fait entrer.

C’est à ce titre que le photographe est avant tout artiste. Et qui dit artiste dit marché de l’art. Avec toutes les possibilités du marché de l’art. Un photographe de mode aujourd’hui peut avoir des difficultés à boucler ses fins de mois ou recevoir comme Patrick Demarchelier ou Peter Lindbergh, 600 000 euros pour une photo de publicité ! Certains tirages de Helmut Newton atteignent facilement 400 000 euros…

Alors aiguisez vite votre œil…C’est là que se trouve l’Eldorado !

En savoir plus sur @Elytiz.

Thierry A.

 

One thought on “Etre Photographe à Travers les Epoques

Leave a Reply